Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Les chenilles processionnaires : qu’en est-il aujourd’hui ?

Les chenilles processionnaires : qu’en est-il aujourd’hui ?

 

Elles n’échappent pas aux regards, aux questionnements et parfois même aux confrontations pouvant être douloureuses… les chenilles processionnaires du pin sont très présentes dans les Préalpes d’Azur mais que sait-on vraiment sur elles ? 

C’est pour répondre à cette question que le Parc naturel régional a organisé le 7 mars 2016 une conférence d’information et de débat autour de cet animal, de son écologie, son histoire, ses impacts, les moyens de lutte existants… Et quelle réussite puisque cet évènement a réuni une centaine de personne à Gréolières!
L’intervention de Jean-Claude Martin, chercheur à l’INRA d’Avignon, travaillant sur cet insecte depuis des années en partenariat avec le Département des Alpes-Maritimes, a permis de répondre à de nombreuses interrogations.

Après 30 ans de lutte par épandage aérien menée par le Département, à l’aide d’une bactérie s’attaquant au système digestif de la chenille de l’insecte (produit biologique appelé « FORAY 48B »), la technique aérienne a été interdite en 2013. Il s’agit donc aujourd’hui de développer les moyens de luttes alternatifs, de les combiner pour avoir un taux d’efficacité plus important et sur le long terme. Les premiers avantages de ces techniques sont d’être accessible à tous et de pouvoir cibler précisément les zones impactées.

© M. Raynal

Un dossier complet de l'INRA sur les chenilles processionnaires .

Un document réalisé réalisé par l'INRA et réactualisé en partenariat avec le  Département récapitule ces préconisations d’actions et les périodes propices pour chacune des méthodes, il est téléchargeable à ce lien .

Pour télécharger la présentation de la conférence:

Présentation INRA (pdf - 7,34 Mo)

.

Quelques conseils en bref pour se prémunir des poils urticants :

  • Eviter de fréquenter les sites infestés pendant la période des processions (mi-février à mi-mars), porter des vêtements bien couvrants, ne pas faire voler les poils de chenille au sol ou dans les branches,
  • Ne pas frotter les zones de la peau ayant été brulées, rincer abondamment avec de l’eau tiède,
  • Surveiller son chien et ne pas l’emmener dans les zones infestées…
  • Vous pouvez aussi installer des nichoirs : les mésanges sont un prédateur et donc un régulateur des chenilles !